Histoire, personnages et patrimoine
La porcelaine
Autour de l’'an mil, on trouve pour la première fois en Chine une céramique merveilleuse, fine, blanche, translucide, sonore, souvent admirablement décorée. Dès le XIIIème siècle, Marco Polo la découvre au cours de ses lointains voyages en Orient. Il la baptise du nom du coquillage « porcelaine ». Il la fait connaître en Occident, et c’est seulement au XVème siècle que l’assiette apparaît sur les tables.
 
En 1768, on trouve dans la région de Saint-Yrieix la Perche, au lieu-dit « Clos de Barre », un kaolin de qualité. D’innombrables anecdotes entourent cette découverte. Mme Darnet avait pour habitude pour blanchir ses draps d’utiliser une argile qu’elle prélevait proche de la rivière. Après étude, il s’est avéré que cette argile était du kaolin. Il existe donc maintenant en Limousin, et les fabriques de Porcelaine profitent de la présence de cette matière qu’elles attendaient depuis si longtemps.
 
A Limoges, l’'Intendant Royal Turgot les encouragea car il y voyait une source de travail et de richesse pour le pays. La porcelaine de Limoges, de qualité et de goût, prit un essor considérable.
Après la seconde guerre mondiale, les porcelainiers ont totalement transformé leurs techniques et leur mode de travail.
 
Dès le début du XIXème siècle, l’industrie de la porcelaine, née en Limousin cinquante ans plus tôt, s’établit à Saint Léonard et dans ses environs, où elle occupe encore de nos jours, une place privilégiée.
 
En 1840, le développement des manufactures de porcelaine sur la région de Saint Léonard, est servi par la présence du kaolin, la pureté des eaux, l’'abondance du bois de chauffage et du charbon.
En 1825, Pierre Tharaud déjà fabricant à Limoges, établit un moulin de pâte à porcelaine et une usine de fabrication au lieu-dit « la Roche » ou « la Varache » à Saint Léonard. Il en revend l’ensemble en 1835 à François Pouyat, dont les fabrications d’une qualité exceptionnelle, restent célèbres pendant tout le XIXème siècle et début du XXème. Le « Blanc Pouyat » est toujours apprécié des connaisseurs. Vendue en 1920 à la « Porcelainerie de la Haute-Vienne », l’entreprise est depuis 1963, entre les mains de M. Jean-Louis Coquet qui poursuit la réputation de son illustre prédécesseur.
 
En 1964, M. Claude Carpenet venu du Périgord, établit à Saint Léonard la fabrique dite de la « Porcelaine Blanche » dont les pièces de « coulage » et les décors sont appréciés par les visiteurs de notre vieille cité. Aujourd’hui, les enfants de M. Carpenet sont très actifs pour pérenniser le renom des Porcelaines Carpenet.
 
Ces deux porcelainiers présentent leurs productions dans leurs magasins d’usine ouverts à tous.
 
Envoyer l'article à un ami
Retour